France Moyen-Orient :  The french middle east business resource

Espace abonnés

Lettre d'information

Recherche

Version Français Version Anglaise

Actualités

office de tourisme d'abou dhabi

Médias/NTIC/Marketing/Sports

Sociétés

Outils

Vous devez avoir accès à l'espace membres pour lire cet article
publié le 9 juin 2011

L’investissement direct étranger (IDE) en Méditerranée marque le pas en 2011

[#Les effets des soulèvements démocratiques et des transitions en cours sont perceptibles sur la
tendance des IDE et des partenariats qui s’établissent au sud de la Méditerranée au premier trimestre
2011. La chute des projets annoncés est importante en Tunisie, Egypte, Syrie, Libye, Jordanie, qui
reviennent à des niveaux connus au premier trimestre 2009, au début de la récession internationale.
Algérie et Liban restent stables, tandis que l’activité repart à la hausse au Maroc, mais surtout en
Turquie et en Israël, qui creusent encore l’écart avec les autres pays de la région.
#]

[#Révolutions et crises politiques : les intentions d’investissement marquent le pas en 2011

Après une année 2010 de reprise de l’investissement direct étranger (IDE) en Méditerranée, les
intentions d’investissement connaissent sans surprise un nouveau ralentissement au premier trimestre
2011. D’après l’Observatoire des Investissements et Partenariats en Méditerranée ANIMA-MIPO,
soutenu par le programme Invest in Med, le nombre d’annonces de projets d’IDE dans les pays
MED(1 )diminue de 13% par rapport au rythme 2010
, avec 184 projets détectés au cours des
trois premiers mois 2011, contre 845 au total en 2010, et même de 27% par rapport au premier
trimestre 2010 (T1 2010). Les montants sont en revanche en hausse : 10 milliards d’euros
annoncés contre 33,7 au total pour 2010, et 6,8 milliards au T1 2010. Cette hausse est
toutefois presque exclusivement imputable à la Turquie et Israël
, qui attirent 9 des 10 plus
grosses annonces en montants nets. Les annonces d’IDE sont en baisse dans presque tous les autres
pays MED, avec des tendances et des contextes toutefois nettement tranchés.
Les partenariats(2) d’entreprises enregistrent par ailleurs un net recul : 76 annonces pour les
trois premiers mois 2011, contre 511 au total pour l’année 2010 (-41%). La chute est supérieure à
50% dans tous les pays du Maghreb et du Machreq (sauf le Maroc avec -35%), tandis qu’elle n’est
pas significative dans les « Autres pays Med » - Turquie, Israël, Chypre et Malte. Elle constitue un
signal sans appel de l’impact des révolutions et des troubles politiques qui secouent les pays arabes
méditerranéens. C’est en effet le premier recul dans l’évolution des partenariats constaté par
l’observatoire ANIMA-MIPO depuis 2003, alors que les partenariats avaient chaque année séduit un
nombre grandissant d’investisseurs étrangers dans la région, même au plus fort de la crise
économique, en 2008 et 2009.


1 Les 11 pays du voisinage européen, soit 9 pays partenaires méditerranéens de l’UE (Algérie, Egypte, Israël,
Jordanie, Liban, Maroc, Autorité Palestinienne, Syrie, Tunisie), un pays avec le statut d’Observateur (Libye) et un
pays en voie d’adhésion, la Turquie. Malte et Chypre ont rejoint l’Union en mai 2004.
2 Définis comme des projets où une entreprise étrangère se rapproche d’un marché domestique, soit à travers
un partenaire identifié, soit en ouvrant une représentation locale (agence, réseau, etc.).

Des situations contrastées d’un pays à l’autre : coup d’arrêt des décisions
d’investissement en Tunisie, Egypte, Libye, Syrie et Jordanie

JPEG - 15 ko

Nombre d’annonces d’IDE par pays au cours des premiers trimestres 2003 à 2011. Source : ANIMA-MIPO
Comme on pouvait s’y attendre, la Tunisie, l’Egypte et la Libye connaissent des baisses sévères du
nombre d’annonces d’IDE au premier trimestre 2011 : environ -25% pour la Libye et -50% pour la
Tunisie et l’Egypte par rapport au premier trimestre 2010. Les montants annoncés diminuent même
davantage (environ -70% pour l’Egypte et la Libye), hormis en Tunisie qui continue de recueillir les
investissements du secteur des hydrocarbures, dont ceux de l’Autrichien OMV et l’italien ENI. Ces
projets sauvent la mise mais constituent à peu près les seuls flux d’IDE annoncés dans les semaines
qui ont suivi la révolution tunisienne. En Egypte, seules 4 annonces ont été enregistrées après la
chute du pouvoir en février 2011 : l’Amérique du Nord semble répondre présente avec des projets des
américains Intel, General Motors, du canadien TransGlobe Energy et de la Banque mondiale qui entre
au capital du papetier El Motaheda. En Libye, aucun projet d’IDE n’a été détecté depuis la prise de
participation de la Qatar National Bank (QNB) dans la banque libyenne du commerce et du
développement le 14 janvier 2011. Dans ces trois pays, outre les suspensions temporaires de
quelques jours ou semaines qui ont affecté bon nombre d’activités économiques, plusieurs opérateurs
ont gelé des projets déjà annoncés : c’est notamment le cas en Egypte pour le suédois Electrolux et
en Libye pour plusieurs projets du tunisien Poulina et de l’égyptien El Sewedy.

En Syrie, où la contestation se fait de plus en plus forte, la situation est analogue : baisse de deux
tiers des intentions d’investissement en nombre de projets au T1 2011 par rapport au T1 2010. La
baisse est également sensible en Jordanie (moins un tiers), alors que le gouvernement a été limogé
en février après des manifestations appelant aux réformes.

Tendance inchangée en Algérie et au Liban ; résultats encourageants au Maroc

Au Liban, les annonces d’investissement se poursuivent au même rythme qu’en 2010 : 4 projets au
cours des trois premiers mois de l’année 2011 contre 3 au T1 2010. De même en Algérie, où les
annonces d’investissements demeurent à peu près stables en nombre de projets, et augmentent en
montants après le médiocre bilan 2010, grâce au méga projet de parc urbain de l’émirati EIIC, qui
reçoit finalement le feu vert gouvernemental, et aux nouveaux investissements du géant de l’acier
ArcelorMittal dans le complexe d’El Hadjar.
Le Maroc se démarque des autres pays du Maghreb et du Machreq en enregistrant la seule hausse
significative du nombre de projets d’IDE au premier trimestre 2011 dans la région. Le pays conserve
la confiance des investisseurs, confirmant ainsi la dynamique plutôt encourageante enregistrée en 2010.

37 annonces d’IDE ont ainsi été détectées en un trimestre, soit un rythme similaire à celui des
années record 2006 et 2007 et le deuxième meilleur score de la région après la Turquie, à égalité
avec Israël. Les montants restent néanmoins nettement toujours en deçà des niveaux d’avant crise,
avec moins de 500 millions annoncés entre le 1er janvier et le 31 mars 2011.



Le programme Invest in Med vise à développer durablement les relations d’affaires, les
investissements et les partenariats d’entreprises entre les 2 rives de la Méditerranée. Financé aux
trois-quarts par l’Union européenne sur la période 2008-2011, il est piloté par le consortium
MedAlliance, qui réunit des agences de développement économique (ANIMA, leader du programme),
des CCI (ASCAME, EUROCHAMBRES) et des fédérations d’entreprises (BUSINESSMED). Avec les
membres de ces réseaux et leurs partenaires associés (ONUDI, GTZ, EPA Euroméditerranée, Banque
Mondiale etc.), un millier d’acteurs économiques sont ainsi mobilisés au travers d’initiatives pilotes
centrées sur des filières méditerranéennes d’avenir. Chaque année, une centaine d’opérations de
terrain associent les 27 pays de l’Union européenne et leurs 9 partenaires du sud : Algérie, Autorité
Palestinienne, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Syrie et Tunisie. www.invest-in-med.eu


ANIMA Investment Network est une plate-forme multi pays pour le développement économique
de la Méditerranée, rassemblant une quarantaine d’agences gouvernementales et de réseaux
internationaux. L’objectif d’ANIMA est de contribuer à l’amélioration du climat des affaires et à la
croissance de l’investissement vers la région méditerranéenne. www.anima.coop



Contacts
ANIMA, T. +33(0)4 96 11 67 60
Emilie Godard (Communication/ Presse) : emilie.godard@anima.coop
Zoé Luçon (Observatoire ANIMA-MIPO) : zoe.lucon@anima.coop#]

Voir aussi :

Entreprises

Emplois

L’agenda


Annonceurs - Nos partenaires - Mentions légales - Qui sommes nous ? - Nous contacter - Recrutement
© 2005-2008 - Dubaifrance.com - tous droits réservés